Notre regard sur ...

Le textile turc, un secteur majeur pour l’économie du pays et la relation bilatérale franco-turque

Avec environ 60.000 entreprises, employant près de deux millions de personnes, le secteur textile occupe une place centrale dans l'économie turque. Exportant près de 65% de sa production, la Turquie en a fait l'un de ses principaux postes d'exportations. 5ème exportateur mondial pour les produits textiles, 7ème pour le prêt-à-porter, la Turquie est notamment le 2ème fournisseur de l’UE en produits textiles et le 3ème pour le prêt-à-porter. Si les entreprises turques ont graduellement perdu l’avantage conféré par l’Union Douanière avec l’UE et subissent la concurrence d’autres pays à bas coûts, le secteur textile continue à très bien se porter, notamment grâce au soutien actif du gouvernement. En 2014, les exportations turques dans ce secteur représentaient environ 29 Mds USD ; dans son « Objectif 2023 », le gouvernement turc a exposé l’intention de leur faire atteindre 80 Mds USD avant le centenaire de la République, ce qui supposerait une augmentation des exportations de plus de 172% en 9 ans. 

Dans sa relation bilatérale avec la France, la Turquie bénéficie d’un large excédent commercial dans ce secteur, qui croît au fil des ans (1,3 Md EUR en 2014). Mais grâce à ses 77 millions d’habitants, au pouvoir d’achat croissant, et à sa situation géographique, la Turquie est encore attractive pour les marques françaises qui s’y sont installées (en propre ou via un distributeur). 

I. Le textile, un secteur essentiel de l’économie turque largement tourné vers les exportations 

En 2014, l'Assemble e des Exportateurs Turcs (TIM) a e value a 29,5 Mds USD les exportations turques de l'ensemble du secteur, soit 19,5% des exportations turques totales. On compte ainsi 18,7 Mds USD d'exportations pour le prêt-à-porter /confection (+8% en 2014), 8,9 Mds USD pour les textiles et matières premières, et 1,8 Md USD pour les cuirs (-0,8% en 2014). 

·         Dans le domaine des produits textiles et matières premières, la Turquie e tait en 2014 le 5e exportateur mondial (après la Chine, l’UE, l’Inde et les Etats-Unis). En 2014, ce secteur a représenté près de 6% des exportations totales turques. Le pays est le 2e me fournisseur de l'UE en produits textiles (derrière la Chine). Les produits textiles sont le 5e me groupe de produits que la Turquie exporte vers la France.

·         Le prêt-à-porter et la confection représentent le deuxième poste d'exportation turc (12% de ses exportations totales). 75% des exportations étaient destinées à l’UE. La Turquie est ainsi le 3e fournisseur de l’UE, après la Chine et le Bangladesh. Le prêt-à-porter est le 2egroupe de produits qu’exporte la Turquie vers la France. 

En 2014, les principaux clients de la Turquie pour les produits textiles étaient l'Italie (10,3%) et la Russie (8,8%). L'Allemagne (20,9%) et l'Angleterre (13,3%) sont les deux premiers pour le prêt-à-porter/confection. Concernant les cuirs, la Russie reste le premier client de la Turquie (13,8%), malgré une importante baisse de ses importations liée a sa crise économique, suivie par l'Italie (9,4%). 

La France est le 17e client de la Turquie pour les produits textiles et matières premières, accueillant 1,7% des exportations turques de produits textiles, le 4e client pour le prêt-à-porter et la confection turcs (6%) et le 6e pour les cuirs turcs (4,4%). L'excédent commercial en faveur de la Turquie est par ailleurs significatif et croissant : les douanes françaises l’estiment a près de 1,3 Md EUR pour 2014. 

II. Un secteur qui cherche à s’adapter aux nouvelles conditions du marché mondial 

Au cours de la dernière décennie, l'industrie textile turque (58.981 entreprises au total) a cherché à s'adapter face à la concurrence internationale, notamment asiatique, en tentant d’adapter sa production a l'évolution de la demande (capacité de production en petites quantités), et en en jouant sur la proximité géographique avec l'Europe comme de son rôle de pivot régional. 

Par ailleurs, le secteur bénéficie d'un soutien important des autorités. En effet, le gouvernement souhaite protéger son marché intérieur des produits provenant de pays à bas coûts de production, surtout depuis la fin des accords multifibres. Ainsi, une loi entre e en vigueur en juillet 2012 impose une taxe supplémentaire (jusqu'à 30%) sur les produits textiles importe s (hors UE, AELE ou pays avec qui la Turquie a signé un accord de libre-échange). 

En outre, des programmes de promotion de marques turques à l'étranger ont été mis en place. Ainsi, le programme gouvernemental TURQUALITY, lancé en 2004, a pour but de soutenir les marques turques à l’exportation et d’en faire des marques globales et plus haut de gamme. 26% des entreprises soutenues par ce programme appartiennent au secteur textile. 

Néanmoins, le secteur textile en Turquie reste vulnérable face aux contractions de la demande, principalement européenne. 

Par ailleurs, le coût croissant de la main d’oeuvre, renforce par la récente augmentation de 30 % du salaire minimum turc (passe en janvier de 1.000 à 1.300 TL), réduit la compétitivité du pays face aux concurrents asiatiques. Même si cette augmentation, que l'Etat compensera jusqu’à 40%, ne devrait cependant pas avoir de conséquences néfastes à long terme, selon les professionnels. 

Mais les conflits actuels au Moyen-Orient ont conduit à une baisse de la production turque menant à la fermeture de quelques usines dans le Sud-Est du pays. De plus, ces conflits ont force les populations à fuir en masse la Syrie, notamment vers la Turquie, impactant le marché du travail local. 

III. Le prêt-à-porter, privilégié par la présence turque en France 

La présence des entreprises turques en France reste limitée. Toutefois, le prêt-à-porter est l'un des secteurs les mieux représentés avec une dizaine d'entreprises turques (environ 200 emplois). Cette présence, qui s'est renforcée depuis 2010, est constituée à la fois de producteurs-grossistes turcs en France (Hateks-Hatay-Tekstil, Sahinler Holding, Kucukcalik Tekstil Sanay, Bel Air, Bahardilar Tekstil) et de marques turques (Silk and Cashmere, Crea Concept, Arzu Kaprol, Dice Kayek, Evita Tekstil/BGN, Just Angels, Vespucci, Eke Tekstil/Hamam, Missy, Cipo and Baxx). 

IV. La Turquie est à la fois un marché de consommation, une plateforme pour les activités régionales et un atelier de sous-traitance pour le textile français 

Grâce à l’Union Douanière, il n’existe ni quotas ni barrière tarifaire entre l’UE et la Turquie dans le secteur textile. Cependant, l’accès au marché est limité par un certain nombre de procédures douanières, principalement pour les entreprises qui exportent de la marchandise depuis l’UE. 

D’après les douanes françaises, les exportations françaises dans le domaine textile, habillement, cuir (& chaussures) ont augmenté de 1,2% depuis 2013, et s’élèvent à 146 527 millions d’euros en 2014, soit environ 9 fois moins que les exportations turques vers la France. 

S'agissant de l'implantation française dans le pays, le développement rapide des centres commerciaux en Turquie a favorisé le déploiement de l'offre française. La plupart des grandes marques françaises (Chanel, Dior, Hermès, Louis Vuitton, Zadig&Voltaire) sont ainsi présentes en Turquie, soit en propre, soit via des distributeurs haut de gamme (Beymen ou Harvey Nichols). 

Les entreprises françaises qui choisissent de s’implanter ou vendre en Turquie le font pour son marché porteur et sa position géographique. Ces dernières se situent plutôt dans le haut de gamme comme en témoigne la présence sur le marché turc de Serge Ferrari et Dickson-Constant (producteurs de tissus techniques à haute valeur ajoutée), Andritz Asselin-Thibeau et Andritz Perforjet (machinerie pour le non-tissé), Lectra (conception de logiciels et machines de de coupe de matériaux souples).

Articles sur le même thème

Evénements sur le même thème

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Les Nouvelles de la Chambre